Ecoles primaires : la métamorphose…

Le projet d’ agrandissement du parking de la gare a été présenté hier ici. Structurant certes, fondamental pour notre offre en transports durables mais intercommunal. En effet, il est fréquenté par des usagers du train qui ne sont pas forcément sainghinois. Place maintenant à un projet strictement communal dont on vous a parlé à plusieurs reprises : notre pôle scolaire. De son annonce tumultueuse en mars 2017 , au point au moment de la signature du permis et enfin à son éclosion en septembre 2018

Le projet phare du mandat

Il s’ agit de la réalisation primordiale du mandat. En 2014, ça n’ allait pas forcément de soi. Mais il s’est vite imposé comme la PRIORITE numéro un, bien loin devant d’autres. Il nous a suffi de constater l’état de délabrement avancé des écoles primaires publiques, l’ incurie quant à leur entretien mais aussi leur inadaptation pour nous  convaincre de l’urgence. Voilà, le projet est bouclé. Et il vous sera présenté en long, en large et en travers ce samedi à 10h30 salle Jean Descamps.

Tout, tout, tout, vous saurez tout ce samedi…

Vous en connaîtrez :

  • La genèse et son élaboration par le comité consultatif, véritable instance initiatrice et moteur du projet
  • La mise en forme par notre architecte communale et le cabinet créatif
  • Le calendrier et le financement
  • Les aspects pratiques : le transfert de l’école Brassens sur Curie, la durée des travaux, les modalités de fonctionnement durant cette période, le stationnement… Comme tout grand travail, des désagréments seront inévitables. Mais pour quel résultat une fois le chantier achevé…

Parents, partenaires de l’institution, curieux, si le sujet vous intéresse, vous savez où aller ce samedi prochain…

Eric ROLAND

 

Parking de la gare : la transformation

… Il est beaucoup question de mobilité durable en ce moment. Bon nombre d’ entre vous l’ expérimentent déjà en se rendant en train à leur travail. Le pôle d’ échanges de la gare a vite été victime de son succès, le stationnement ayant été saturé les premières semaines de sa mise en service. La solution était toute trouvée : construire un étage au dessus du parking Chemin du Halage.

170 places supplémentaires pour 10 mois de travaux

Il y a actuellement 290 places, 170 de plus seront créées. Et pour prévenir toute affluence supplémentaire, les fondations seront conçues pour supporter un étage supplémentaire. Le chantier débutera dans deux mois pour une petite année. L’ ensemble du parking sera donc inaccessible pendant cette période. La MEL proposera donc avec la municipalité des solutions provisoires pour limiter la gêne et fournir des parkings temporaires. Et ce ne sont pas moins de 3.7 millions € qui seront investis dans ce projet…

Une présentation ce samedi

Ce projet structurant pour notre commune vous sera exposé lors d’ une réunion publique ce samedi à 14h30, salle Descamps. Vous connaitrez ainsi les tenants et aboutissants du projet et les alternatives mises en oeuvre lors des travaux. Si vous êtes intéressés par les déplacements dans le cadre d’une ville durable, si vous êtes concernés par ce parking, si vous êtes tout simplement curieux, vous êtes les bienvenus!

Eric ROLAND

Ecologie et tutti quanti

… Il est incontournable dans toute décision publique. Le développement durable est partout et s’ impose à tous. Nul besoin d’ augmenter les taxes sur le pétrole pour convaincre le citoyen… Qui perçoit plutôt ça comme une contrainte, une décision pesante et malvenue aboutissant à l’ inverse de l’ effet escompté. Non, le développement durable doit être envisagé comme un atout, une opportunité. Il doit aussi être le moins couteux possible.

Le compost, première action écologique sur la commune

Nous avons déjà évoqué plusieurs fois la problématique des champs captants de la commune. Mais la première mesure en lien avec le développement durable mis en place par la municipalité fut plus consensuelle et moins controversée  : la fourniture de compost aux Sainghinois. Il ne coûte rien ni aux bénéficiaires, ni à la commune. Il est par ailleurs déjà financé par la taxe sur les ordures ménagères, intégrée aux impôts locaux. Vos élus se  chargent de la logistique : contacts du Centre de Valorisation Organique de Sequedin, acheminement jusque Sainghin, accueil et distribution à la population une matinée en début de week-end…

Ce samedi, et pour la 6e fois consécutive, 18 tonnes de compost ont été fournies à une centaine de Sainghinois demandeurs. Ce qui nous fait, calculette en main, plus de 100 tonnes de cet or brun depuis avril 2016. Et ce sont pratiquement 250 foyers qui en ont bénéficié au minimum une fois depuis la 1ère distribution… Un succès qui ne se dément pas depuis le début. Cette opération sera bien entendue renouvelée en avril prochain.

De futures nouveautés

La mise à disposition de ce fertilisant écologique préfigure d’ autres actions plus conséquentes en la matière. La reconversion du site de la Blanchisserie, la création de vrais jardins familiaux, des réunions d’ information sur les économies d’ énergie, un Plan de Gestion Différenciée pour la commune, tout cela est en cours… D’ autres pistes pour les prochaines années sont envisagées… Et dont nous ne manquerons pas de vous préciser les contours ici…

 

Marie-Laure Brasme & Eric Roland, conseillers municipaux chargés de l’ opération

 

Champs captants VS logements publics…

… C’ aurait pu être le scénario d’ une mauvaise confrontation. Ce fût la trame d’ un affrontement incompréhensible entre majorité et opposition lors du dernier conseil municipal.

Rappel des faits

Notre commune est à 70% sur les champs captants qui permettent d’ approvisionner toute la métropole en eau potable. L’ Etat, par la voie du préfet, veut limiter au maximum les extensions urbaines. Louable intention mais quid de notre obligation d’atteindre 20% de logements sociaux en 2025? Quid de notre engagement dans le Contrat de Mixité Sociale? La priorité est bien de préserver la ressource en eau mais comment alors concilier les deux obligations sociale et écologique? Quid aussi de notre amende pour carence en logement social alors qu’il serait interdit de construire? Le débat a surgi lors de la 10e délibération. Plusieurs modifications au Plan Local d’ Urbanisme étaient présentées. Elles consistaient à réserver quelques parcelles urbanisables :

  • le haut du parking du Général De Gaulle pour la future école Sainte-Marie
  • l’ élargissement de la Plate Voie entre ce même parking et la rue Vaillant
  • la liaison entre l’ extension de la Sablonnière et l’ école Allende
  • la réduction de la surface dédiée à une éventuelle structure sportive derrière la Halle 2000.

Et là surgit la polémique

M. le Maire propose alors de débattre de la motion visant à ce que l’ Etat clarifie sa position sur nos deux obligations. Et là les esprits se sont emportés… Pierre Leroy a traité M. le Maire de menteur sous le prétexte que le terme motion n’ a pas été prononcé en commission. Certes, mais le problème y a été clairement exposé. Denis Mortelecque a demandé que son vote soit reporté pour que l’ opposition puisse l’ examiner, suspectant sans doute une quelconque entourloupe… Le texte, qui tient en une page, a effectivement été envoyé la veille en soirée mais fallait-il aller si loin? Ne pouvait-on pas en débattre lors de cette assemblée?

Proposition de suspension de séance

Accédant à la requête des opposants, M. le Maire propose de mettre le conseil en pause le temps nécessaire pour que les oppositions l’ examinent dans la salle de permanence située à une dizaine de mètres. Silence pendant une vingtaine de secondes. M. le Maire réitère son offre. Refus des opposants qui remettent sur le tapis l’ impossibilité de se réunir dans des locaux municipaux aux heures qui leur conviennent. Denis Mortelecque demande à nouveau de décaler le vote. Un de ses colistiers admet cependant être d’ accord sur le fond… C’ est à ne rien y comprendre…

Dénouement

Finalement, M. le Maire clôt le débat… Qui n’ en a pas été un vu que le sujet n’ a même pas été abordé… Les intérêts partisans ont de nouveau prévalu, les opposants refusent systématiquement de voter avec la majorité. Esprit de contradiction stérile qui occulte le thème de la motion pour se concentrer sur le contre Corbillon. Triste épisode démocratique où comme à chaque fois le fond est éludé pour s’ écharper sur la forme… Bref, les trois oppositions ont refusé de prendre part au vote. Leurs propositions – si toutefois elles en ont – ne seront jamais rendues publiques… Triste clap de fin d’ un conseil ordinaire et pathétique…

Eric ROLAND

 

Souvenir…

… Remembrance en anglais. Souvenir d’ un bataillon irlandais décimé aux premiers jours du conflit mondial, il y a 104 ans. Souvenir vivant avec l’ inauguration d’ un mémorial magnifique le long de la RN 41, juste à côté du rond-point des Quatre Chemins. Vu la proximité avec notre commune, M. le Maire, G. Dehaese et moi-même avions fait le déplacement pour représenter Sainghin.

Une boucherie

18 – 20 octobre, au lieu-dit du Pilly, sur la commune d’ Herlies, eut lieu un affrontement sanglant lors de cette course à la mer par laquelle débute la 1ère Guerre mondiale. Les armées alliées et allemandes tentent de se déborder sur une ligne entre la Mer du Nord et les Alpes. Le 2e bataillon du Royal Irish Regiment, originaire du comté de Kilkenny, prend le hameau du Pilly avant de se faire encercler par l’ armée allemande.

Les renforts alliés, positionnés trop loin sur Fournes et Aubers, ne viendront jamais, . Abandonnés, les Irlandais se battront avec acharnement, finissant à la baïonnette. Sur les 800 soldats, 300 seront capturés, 170 mourront, autant seront blessés et évacués. Leurs corps sont encore sous terre, sans doute dans une fosse commune. Les Allemands reprennent Herlies le lendemain, les Alliés reculant vers la plaine de la Lys. Le front se stabilise, la guerre des tranchées commence…

L’ oubli puis la découverte

Suit un siècle d’ oubli ou plutôt de tâtonnements. Les Irlandais en visite chez nous cherchaient en vain le village de Pilly, qu’ ils situaient près de Sainghin. Et c’est grâce à l’ action d’ Herliestorique de Yvon Papeghin et Catherine Catteau mais aussi d’une rencontre fortuite avec l’ historien irlandais spécialiste de la question qu’a pu être précisément situé le site de la bataille. En souvenir de cet épisode douloureux a donc eu lieu samedi après-midi une émouvante cérémonie.

Un retour en lumière poignant

Parfaitement orchestrée par Yvon Papeghin, maître d’ oeuvre historique, elle a su susciter le recueillement et toucher les participants. De nombreuses personnalités – l’ ambassadrice d’ Irlande, le sous-préfet, le sénateur Eric Bocquet, les représentants des Conseils Départemental et Régional étaient présentes. Chacun a su, dans son allocution, évoquer cette bataille sans jamais être redondant.

oznor

Moment solennel  aussi quand a été lu par deux lycéennes de Beaucamps un poème composé par une de leurs camarades, et ce en français et en anglais. Moment plus festif quand les élèves des écoles d’ Herlies ont entonné deux  chants irlandais. Moment d’ émotion quand ont été jouées la sonnerie aux morts et celle de la paix à la cornemuse. Moment patriotique et officiel quand ont été déposées les gerbes sur un chemin bordé de nombreux porte-drapeaux. Moment intense quand ont été dévoilées les trois stèles symbolisant l’ amitié et la paix avec une inscription centrale traduite en français, anglais et allemand.

 

Souvenir toujours vivace donc. Et même primordial pour les Britanniques, soucieux de raviver la mémoire des leurs tombés au front. Une soixantaine d’ Irlandais avaient d’ ailleurs fait le voyage…  Leur circuit de mémoire passera désormais par Herlies. Alors, en passant au rond-point, faites y un petit crochet , vous ne pourrez rater ce monument symbole de la paix… Qui permet de se rappeler que beaucoup de sang a coulé pour la conquérir…

Eric ROLAND