Souvenir…

… Remembrance en anglais. Souvenir d’ un bataillon irlandais décimé aux premiers jours du conflit mondial, il y a 104 ans. Souvenir vivant avec l’ inauguration d’ un mémorial magnifique le long de la RN 41, juste à côté du rond-point des Quatre Chemins. Vu la proximité avec notre commune, M. le Maire, G. Dehaese et moi-même avions fait le déplacement pour représenter Sainghin.

Une boucherie

18 – 20 octobre, au lieu-dit du Pilly, sur la commune d’ Herlies, eut lieu un affrontement sanglant lors de cette course à la mer par laquelle débute la 1ère Guerre mondiale. Les armées alliées et allemandes tentent de se déborder sur une ligne entre la Mer du Nord et les Alpes. Le 2e bataillon du Royal Irish Regiment, originaire du comté de Kilkenny, prend le hameau du Pilly avant de se faire encercler par l’ armée allemande.

Les renforts alliés, positionnés trop loin sur Fournes et Aubers, ne viendront jamais, . Abandonnés, les Irlandais se battront avec acharnement, finissant à la baïonnette. Sur les 800 soldats, 300 seront capturés, 170 mourront, autant seront blessés et évacués. Leurs corps sont encore sous terre, sans doute dans une fosse commune. Les Allemands reprennent Herlies le lendemain, les Alliés reculant vers la plaine de la Lys. Le front se stabilise, la guerre des tranchées commence…

L’ oubli puis la découverte

Suit un siècle d’ oubli ou plutôt de tâtonnements. Les Irlandais en visite chez nous cherchaient en vain le village de Pilly, qu’ ils situaient près de Sainghin. Et c’est grâce à l’ action d’ Herliestorique de Yvon Papeghin et Catherine Catteau mais aussi d’une rencontre fortuite avec l’ historien irlandais spécialiste de la question qu’a pu être précisément situé le site de la bataille. En souvenir de cet épisode douloureux a donc eu lieu samedi après-midi une émouvante cérémonie.

Un retour en lumière poignant

Parfaitement orchestrée par Yvon Papeghin, maître d’ oeuvre historique, elle a su susciter le recueillement et toucher les participants. De nombreuses personnalités – l’ ambassadrice d’ Irlande, le sous-préfet, le sénateur Eric Bocquet, les représentants des Conseils Départemental et Régional étaient présentes. Chacun a su, dans son allocution, évoquer cette bataille sans jamais être redondant.

oznor

Moment solennel  aussi quand a été lu par deux lycéennes de Beaucamps un poème composé par une de leurs camarades, et ce en français et en anglais. Moment plus festif quand les élèves des écoles d’ Herlies ont entonné deux  chants irlandais. Moment d’ émotion quand ont été jouées la sonnerie aux morts et celle de la paix à la cornemuse. Moment patriotique et officiel quand ont été déposées les gerbes sur un chemin bordé de nombreux porte-drapeaux. Moment intense quand ont été dévoilées les trois stèles symbolisant l’ amitié et la paix avec une inscription centrale traduite en français, anglais et allemand.

 

Souvenir toujours vivace donc. Et même primordial pour les Britanniques, soucieux de raviver la mémoire des leurs tombés au front. Une soixantaine d’ Irlandais avaient d’ ailleurs fait le voyage…  Leur circuit de mémoire passera désormais par Herlies. Alors, en passant au rond-point, faites y un petit crochet , vous ne pourrez rater ce monument symbole de la paix… Qui permet de se rappeler que beaucoup de sang a coulé pour la conquérir…

Eric ROLAND