La charte à travers les âges…

… Censée être de bonne conduite, censée fixer par écrit les rapports entre la collectivité et les assos, censée les mettre sur un pied d’équité, elle est devenue pour certaines un casus belli -petit clin d’oeil latiniste- entre certains de leurs membres et dirigeants et la municipalité. Il a été déjà relaté ici qu’elle n’était pas la première dans la commune. Une autre, mais ne concernant que l’occupation des salles, avait en effet été votée… Non, ni au Moyen-Age, ni dans les années 1950 mais en 2001. Jacques Chirac présidait la France, les U.S.A. traquaient les auteurs des attentats du 11 septembre, des manifestations monstres déferlaient chaque samedi place de la mairie de Sainghin, exigeant la tête du 1er magistrat…

Non, quand même pas… Mais, bizarrement, aucune asso ne s’est insurgée, aucune union ne s’est créée contre cette municipalité. Personne n’est monté au créneau, personne n’a accusé M. Legrand de vouloir tuer les assos, de vouloir faire mourir Sainghin… Peut-être parce que assos et majorité partageaient les mêmes idées??? Allez savoir. Et ces assos n’eurent nul besoin de se mobiliser puisque cette décision est toujours restée lettre morte. Et quand on voit l’agitation générée par le document de 2016, on comprend aisément pourquoi. Il est donc intéressant de regarder rétrospectivement ce qu’était précisément cette convention.

Les deux textes ont au moins un point commun : elles mettent les associations sur un pied d’égalité vis-à-vis de l’occupation de ces salles. Il y était écrit -en 2001- qu’  » une location d’une salle municipale au choix à titre gratuit sera concédée pour l’année civile aux associations locales reconnues » (article 4 du Réglement du Restaurant scolaire). Des tarifs étaient également établis :  » Associations, groupements et particuliers de Sainghin : 274€ pour une journée de location, 365€ pour deux » (article 1 du dit règlement). Toutes les assos auraient été soumises aux mêmes conditions et tarifs, chacune connaissant ses droits et ses obligations.

Et le plus amusant, c’est de relire le procès verbal des débats du conseil municipal de l’époque – 17 décembre 2001 pour les puristes-… Et M. Legrand, maire de gauche, d’y affirmer : « que pour les associations, le prêt d’une salle est consenti gratuitement une fois dans l’année. » Et l’opposition – de droite – d’ intervenir dans un sens un peu surprenant : « Monsieur GLINKOWSKI, au nom du groupe Dynamique Nouvelle, précise qu’à son sens le montant de la location (1 000 F la journée pour une salle) lui semble prohibitif et va à l’encontre de la politique d’intégration des associations locales, car de 300 F, qui était le prix de location pratiqué, les tarifs sont passés à 1 000 F. Il pense que cette hausse peut être préjudiciable pour les petites associations. » Un anachronisme de ce qui se passe en 2016 : un maire qui veut légiférer et une opposition qui défend les associations… Sauf que les étiquettes politiques sont diamétralement opposées…

Tout cela pour en venir où, me diriez-vous? Quand on affirme que le méchant Corbillon, accusé d’être un dangereux fasciste mettant la ville sous sa coupe dictatoriale, en veut aux gentilles associations. Quand on résume tout ça à de la vindicte personnelle et politique, on se doit de regarder dans le rétroviseur. Ne serait-ce pas un conflit entre des assos qui disposaient de beaucoup – trop? – de libertés sans en référer à aucun cadre -quel que soit le maire et l’époque- et une municipalité soucieuse de réglementer ses rapports avec elles? Bref, un conflit d’autorité et une instrumentalisation politique? Sauf, qu’ici, la différence est de taille : d’un côté, un texte mort né, jamais appliqué; de l’autre une charte qui entre en vigueur ce jour… Je vous laisse juge, comme toujours…

1 Comments

  1. Guerbeau

    La différence entre égalité et équité mérite d’être creusée pour que cette charte puisse satisfaire tout le monde au delà des idéaux politiques…

Comments are closed.